Une Semaine en Autriche : 3 jours autour d’Innsbruck

Faux départ

Jeudi 26 Octobre

A la faveur des vacances de la Toussaint, et ayant obtenu quelques jours de congés, ma petite famille vient me retrouver à Strasbourg, d’où nous partirons pour l’Autriche. Tout le monde se retrouve avec joie l’avant-veille du départ, et tout va pour le mieux jusqu’au moment où, au dîner, je fais une blague à propos des passeports … et là gros blanc ! Les passeports ont été oubliés à Paris.

Impossible de faire sans, ou faut avoir confiance en sa bonne étoile, aussi le lendemain, Nathalie et les enfants vont se faire un aller retour (en voiture) Strasbourg-Paris, et reviendront bien fatigués mais avec les fameux bouts de papier. On ne nous y reprendra plus.

Bref le lendemain, nous adaptons quelque peu le planning qui prévoyait quelques visites en Allemagne sur le chemin, et partons en fin de matinée. Heureusement la route n’est pas très encombrée, et nous dépassons rapidement Munich. Du coup nous quittons l’autoroute et prenons les chemins de traverse pour passer la frontière avec l’Autriche (sans oublier toutefois d’acheter notre vignette pour les autoroutes Autrichiennes !).

Nous faisons la pause goûter à Bad Wiessee, joli petit village au pied d’un lac, sur fond de montagnes.

Bad-Wiessee-1 Bad-Wiessee-2

Puis nous grimpons jusqu’à passer la frontière, nous voila en Autriche. La descente jusqu’à la vallée est très belle, même si le soleil est déjà en train de se coucher. Nous passons notamment au dessus du lac Achensee, joli petit bijou dans son écrin montagneux, et le village de Pertisau sur ses rives.

Le village de Pertisau sur les bords du lac Achensee
Le village de Pertisau sur les bords du lac Achensee

 

Pour les trois prochaines nuits, nous avons réservé un hébergement dans une ferme bio, Biobauernhof Vordermühltal. L’appartement est immense, bien aménagé, le luxe comparé à nos habitudes de campeurs ! Et heureusement car le fond de l’air est frais, et la pluie a commencé à tomber.

 

Visite d’Innsbruck, Capitale et joyau du Tyrol

Vendredi 27 Octobre

Après une bonne nuit réparatrice pour récupérer de tous ces kilomètres parcourus ces derniers jours, nous reprenons la route au matin, frais et dispo.

Comme prévu, le temps est maussade et les nuages couvrent les sommets des montagnes alentours. Pas de balades en nature donc, nous nous replions sur la ville, mais nous ne perdons pas au change car c’est la capitale du Tyrol que nous allons visiter.

La route qui y mène longe l’Inn, et de part et d’autre s’enchaînent les petits villages alpins, avec quelques édifices parfois perchés dans les hauteurs comme le schloss tratzberg.

Innsbruck elle-même est une petite ville enchâssée dans les montagnes et contenue dans un repli de l’Inn. Nous délaissons la voiture à proximité de l’Innbrücke, ouvrons nos parapluies et partons à la découverte de la citée.

L'Inn
L’Inn

 

Visite du centre ville d’Innsbruck

Dès les premiers pas, nous sommes séduits par les maisons colorées, travaillées, sculptées ou peintes de fresques. En descendant la rue Herzog-Friedrich-Straße, on passe notamment devant l’Hôtel Goldener Adler, la Helbling Haus dans le plus pur style rococo, puis le célébrissime Petit toit d’or (Goldenes Dachl).

Innsbruck-Herzog-Friedrich-Strasse-1

 

De là, nous poursuivons notre visite d’Innsbruck par la Cathédrale Saint-Jacques. Si d’extérieur, le monument n’impressionne pas tant que ça, A l’intérieur c’est autre chose ! Piliers de marbres, moulures en stuck, dorures à profusion et plafonds recouverts de fresques immenses … ça en jette ! Sans oublier la tombe de l’archiduc Maximilien III, mais après toute cette débauche d’art baroque, elle fait limite un peu simple (surtout si l’on compare avec celle de son copain Maximilien Ier, mais ça on le verra un peu plus loin).

Innsbruck-cathedrale-saint-jacques-3 Innsbruck-cathedrale-saint-jacques-1 Innsbruck-cathedrale-saint-jacques-2

Quand on ressort de la cathédrale, c’est la douche froide, au sens propre comme au figuré. Comme nous avons un peu de respect pour nos enfants, on ne va pas leur imposer deux Eglises à la suite, et on va donc continuer de visiter un peu les extérieurs. On descend donc la très animée Maria-Theresien-Straße, jusqu’à atteindre l’arc de triomphe (Triumphpforte).

Innsbruck-Maria-Theresien-Strasse

Ce bol d’air pris, on retourne dans le centre ville pour enchaîner avec le deuxième édifice religieux de renom d’Innsbruck : la Hofkirche. Bon là-dessus, je dois avouer que nous sommes restés un peu sur notre faim. Lorsqu’on nous annonce le prix de 14€ pour visiter l’édifice, on s’attend quand même à quelque chose d’assez monumental (la Cathédrale St Jacques est gratuite)… et du coup le soufflet retombe quand on se rend compte qu’il s’agit « juste » d’une belle église. Avec certes le cénotaphe de l’Empereur Maximilien 1er, lequel prend d’ailleurs une très large partie de l’église.

Innsbruck-Hofkirche-1 Innsbruck-Hofkirche-2

Les enfants sont néanmoins très intéressés, non par le cénotaphe, mais par les 28 statues de bronze qui l’entourent, et représentent rois, chevaliers etc.

       Innsbruck-Hofkirche-4                         Innsbruck-Hofkirche-3     

 

Le Schloss Ambras

Avec tout ça, l’heure du déjeuner est bien passée (à vrai dire on espérait un peu que la pluie fasse une pause pour que nous puissions sortir le pique nique), et on quitte donc le centre ville d’Innsbruck pour se rabattre sur notre bon ami MacDo. Le fast food rapidement avalé (comme son nom l’indique), nous partons au sud d’Innsbruck pour visiter le château d’Ambras. C’est la bonne surprise de cette journée, car nous n’attendions rien de spécial de ce château, si ce n’est une visite au sec !

La bâtisse en elle-même est très imposante, même si un peu trop compacte à mon goût, et domine le paysage. La visite commence par les bâtiments entourant le château. Cette partie là est gratuite et on peut donc avoir déjà une bonne idée de l’édifice, se balader dans les jardins (quand il fait beau !) et même admirer quelques fresques. 

     Schloss-Ambras-1     Schloss-Ambras-2       

La suite est payante (18€ pour une famille), mais c’est bien sur le plus intéressant.

On découvre dans les premières salles, à la grande joie des enfants et de Thomas en particulier, une impressionnante collection d’armures et d’armes, et même des chevaliers en habits de tournoi montant leurs fiers destriers.

     Schloss-Ambras-3      Schloss-Ambras-4     

Eléonore, elle, préfère les reines et autres princesses !

Schloss-Ambras-5

De là, on passe à une enfilade de pièces où sont présentés des dizaines (centaines ?) d’objets d’art : peintures, sculptures … mais également des objets de la vie courante de l’époque. Il aurait fallu des heures pour tout détailler. Nous avons la chance de tomber sur une gardienne désireuse de pratiquer son français, et qui sans que nous lui demandions quoi que ce soit va attirer notre attention sur certaines pièces, et nous expliquer leurs particularités.

Schloss-Ambras-6

 

On entre ensuite dans le château proprement dit. Là aussi, le nombre de pièces à visiter est hallucinant. De plus, est ce parce que le château n’est pas très touristique ou juste parce que nous avons de la chance, mais il n’y a quasiment personne en même temps que nous, et nous pouvons ainsi profiter tranquillement de ces pièces immenses. En particulier, nous sommes seuls dans le Spanish Hall, salle immense de 43m de long, et dans laquelle nos prince et princesse en herbe improvisent un bal !

Schloss-Ambras-spanish-hall-1

Schloss-Ambras-spanish-hall-2

Schloss-Ambras-spanish-hall-3

L’autre particularité du château, est qu’il abrite en son sein une galerie de plus de 200 portraits de la dynastie des Habsbourg. J’avoue que là, c’était un peu trop pour nous, et nous avons bâclé la fin de la visite, après une bonne quinzaine de pièces consacrées aux portraits de ces rois, empereurs, ducs et autres sommités du 15ème au 20ème siècle.

Nous en terminons par la chapelle Saint Nicolas, avant de visiter rapidement les extérieurs.

Schloss-Ambras-7

Schloss-Ambras-8

 

C’est donc enchantés de notre visite que nous prenons la route du retour vers notre appartement à Itter, mais avant cela il nous reste une dernière étape : sur le chemin nous passons en effet devant les usines Swarovski, et leurs « Mondes de cristal ».

Swarovski-1

Swarovski-2

La marque a ainsi créé un musée a priori très beau. Nous ne pourrons en juger, vu le prix exorbitant de la visite pour notre petite famille, et étant donné le temps limité que nous avons à consacrer à l’endroit. Nous nous contenterons d’un billet pour visiter la boutique (oui il faut un ticket, mais c’est gratuit). Rien que ça c’est déjà tout un spectacle et une ambiance. Depuis les babioles à 10€ jusqu’au Dark Vador à près de 30 000€, il y en a pour tout le monde, et juste pour le côté artistique, c’est intéressant.

Swarovski-3

Swarovski-4

Nous n’achèterons rien cette fois (mais le voyage n’est pas encore fini !), et quittons assez rapidement l’endroit, car les enfants saturent un peu de cette journée pas tout à fait adaptée à leur besoin de grands espaces en pleine nature, auxquels nous les avons habitués. Ce soir, à 19h45 toute cette jolie marmaille est au lit.

 

Montagnes et routes alpines autour d’Innsbruck

Samedi 28 Octobre

 

Initialement, nous avions prévu d’emprunter aujourd’hui la route alpine du Grossglockner, mais suite aux précipitations récentes, celle-ci vient tout juste de fermer pour l’hiver.

Nous changeons donc nos plans et retournons sur Innsbruck ou nous avions oublié de visiter l’Abbaye et la Basilique de Wilten. Nous commençons par la Basilique ; malheureusement on ne peut que l’admirer de loin, une grille bloquant l’accès à la partie principale de l’édifice. Là encore, murs et plafonds sont surchargés de sculptures, dorures et peintures, avec en point d’orgue une Vierge Marie surplombée d’une immense couronne dorée.

Innsbruck-Basilique-Wilten-3 Innsbruck-Basilique-Wilten-1 Innsbruck-Basilique-Wilten-2

 

L’abbaye de Wilten contraste singulièrement avec la Basilique. Par son style baroque d’une part, mais surtout par la présence d’un retable noir rappelé par des tableaux eux aussi encadrés de noir dans les cartouches.

Innsbruck-Abbaye-Wilten-3 Innsbruck-Abbaye-Wilten-1 Innsbruck-Abbaye-Wilten-2

 

De là, étant au Sud d’Innsbruck, et les nuages commençant à se dissiper, nous prenons la route en direction d’Igls, puis Patsch et Ellbögen. En sortant d’Innsbruck, on passe à proximité de l’impressionnant Tremplin de Bergisel qui domine la ville. La route se fait plus étroite, à flanc de montagne, et traverse ces petits hameaux aux maisons souvent décorées, sous fond de sommets enneigés et de forêts aux couleurs d’automne. Nous nous arrêtons non loin du Col du Brenner, c’est fou on est déjà à la frontière Italienne !

Innsbruck-montagnes-1 Innsbruck-montagnes-2 Innsbruck-montagnes-3

Le retour à Innsbruck se fait via la Route 182, de l’autre côté de la vallée (On peut aussi prendre l’autoroute, mais plus cher et moins bucolique). Nous prenons ensuite vers l’est et refaisons une pause aux Mondes du cristal Swarovski. Madame a eu quelques remords de n’avoir rien acheté hier soir, et craque finalement pour un bracelet. On en profite pour pique-niquer sur place. 4 Gus qui mangent leur taboulé dans des assiettes en plastique, ce n’est pas vraiment dans le thème mais bon …

 

La route alpine de Gerlos et les chutes de Krimml

 

Une fois restaurés, nous repartons sur les routes de montagne, cette fois en direction de Krimml où se trouvent les chutes du même nom, qui font partie des plus hautes du monde. La route qui y mène est incroyable : il s’agit de la Route Alpine de Gerlos. Depuis Zell Am Ziller jusqu’à Krimml, cette route de 37km passe par des panoramas époustouflants. On ne s’attendait pas vraiment à ça, la route monte assez rapidement, jusqu’à plus de 1600m au plus haut, et le paysage se découvre petit à petit.

On passe d’abord au dessus d’un très beau lac artificiel, puis différents points de vue sont aménagés. Tout en montant, la neige se fait de plus en plus présente, ce qui rend d’autant plus féérique cette balade. Juste avant de descendre sur Krimml, il faut s’acquitter d’un droit de péage, 9€ tout de même, mais si on fait l’aller retour il ne faut le payer qu’une fois (ouf). La descente à Krimml est jolie également, mais on préférait la première partie.

Gerlos-Route-Alpine-1 Gerlos-Route-Alpine-2 Gerlos-Route-Alpine-3

La chute d’eau est effectivement assez impressionnante, quoique bien dissimulée par la forêt. Nous aurions bien tenté une petite randonnée pour s’en approcher, mais le coin est subitement envahi par les touristes (nous n’avions croisé que peu de voitures auparavant), et nous préférons rebrousser chemin, d’autant que le soleil n’éclaire plus l’endroit et qu’il fait donc déjà bien frisquet (la randonnée serait donc plutôt à faire le matin).

Chutes-Krimml

 

Avant de rentrer, nous faisons une dernière incursion dans les montagnes. Cette fois via Mayrhofen, on prend la route qui passe par Tux, et jusqu’à Hintertux. En arrivant dans ce dernier village (la route ne va pas plus loin), quelle n’est pas notre surprise de croiser des dizaines de skieurs qui rentrent de leur après midi sur les pistes … mais quelles pistes ? On ne voit pas de neige à proximité. C’est qu’en fait Hintertux est la porte d’entrée vers le glacier du même nom, qui offre l’avantage d’être skiable toute l’année.

Hintertux

Ce mystère résolu, nous rentrons finalement pour notre dernière nuit près de Innsbruck. Demain direction Vienne !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *