Traversée de la France A vélo – de Toulouse à Montpellier

Dimanche 17 juillet – de Toulouse à Carcassonne par le Canal du Midi – Par Christophe

Etape de 110km

5h10, on vient nous réveiller … enfin réveiller est un grand mot car nous n’avons pas vraiment fermé l’œil de la nuit, mais c’est une expérience. Après un petit café, nous voila prêts pour une bonne journée de vélo, et l’aube n’est pas encore là quand nous partons.

La sortie de Toulouse par le Canal du Midi est vraiment aisée, c’est de la piste cyclable tout le long. Cela n’a pas vraiment l’air mal famé, on ne saura jamais s’il y avait réellement un risque. Lorsque le soleil se lève, les arbres et le canal se parent de magnifiques couleurs, et il faut être là au bon moment car cela ne dure qu’un instant.

Canal du midi-Aube-1 Canal du midi-Aube-2

Nous prenons notre petit déjeuner sur le chemin, et roulons gaiement jusqu’à 10h30. Là Nathalie a un coup de barre et nous nous arrêtons le temps qu’elle fasse une petite sieste. On reprend ensuite la route, mais le canal devient de plus en plus mauvais, chemins de terre avec de nombreuses pierres, racines, qui rendent la progression plus difficile. Nous le délaissons donc un moment pour la départementale jusqu’à Labastide d’Anjou où nous achetons de quoi nous restaurer.

Nous reprenons la route assez rapidement, car il nous reste encore 50km à faire (en plus des 50 de ce matin !) jusqu’au camping que nous visons. Le choix est délicat entre la départementale où il fait une chaleur écrasante (36°) avec un bon vent de face, et le canal du midi, plus frais et ombragé, mais qui est de plus en plus délaissé, et qui devient un véritable jeu de piste lorsqu’il faut deviner sur quelle rive le chemin va être le meilleur.

Canal du midi-3

Nous rebroussons chemin plusieurs fois lorsque ce dernier se termine soudainement, ou devient impraticable.

Pour terminer en beauté la journée, les derniers kilomètres jusqu’au camping s’éloignent du canal … et sont donc un enchainement de côtes raides, autant dire que nous sommes lessivés lorsque nous atteignons le petit camping de Das Pinhiers, à proximité de Carcassonne.

Après ce marathon de 110 km enchainés sur une nuit presque blanche, nous décidons de prendre une journée « off » pour visiter Carcassonne et se reposer. Nous nous endormons avec les poules !

 

Lundi 18 juillet – Visite de Carcassonne – par Christophe

Etape de 27km

Après une bonne nuit de sommeil, l’heure est à l’oisiveté. Réveil à 9h, petit déj, courses, piscine, puis nous partons vers Carcassonne où nous nous arrêtons pour déjeuner dans une brasserie. Nous passons une partie de l’après midi à déambuler le long des remparts, dans les petites rues de cette cité magnifique.

Carcassonne-1 Carcassonne-2 Carcassonne-3 Carcassonne-4 Carcassonne-5

Nous en profitons également pour faire le point sur les deux étapes qui restent. Le vent n’a pas faibli aujourd’hui, et Nathalie ne se sent pas de faire deux journées supplémentaires dans la chaleur étouffante, et contre le vent. Pour ma part je pense que doubler l’étape et arriver à Montpellier dans la journée est possible, donc Nathalie prendra le train en m’allégeant un peu, et je ferai la route à vélo.

 

Mardi 19 juillet – De Carcassonne à Montpellier

Christophe – Etape de 173km : Afin d’abattre le maximum de route à la fraiche, le réveil sonne à 5h30. Le temps de prendre un café et le ciel s’éclairci, je pars à l’aube naissante. Je commence par un petit bout de Canal du Midi (très agréable par ailleurs), puis à partir de Trèbes, c’est de la départementale à travers les vignes. Je m’arrête une première fois pour un complément de petit déj vers 7h30, puis à 9h pour prendre des nouvelles de Nathalie … 42km au compteur ça s’annonce bien. Le vent est malheureusement toujours là, mais pas le soleil caché pour le moment derrière d’épais nuages.

A 10h30, j’ai la tête qui va exploser à force d’avoir le vent dans les oreilles, je traverse le village de Capestang. L’église semble belle, je m’arrête prendre un coca. Une demie-heure plus tard (au prix du coca il faut savourer !), je reprends la route, il ne reste plus qu’une quinzaine de kilomètres jusqu’à Béziers. Le soleil est arrivé entre temps, et c’est sous ses rayons que j’arrive en ville.

Vu le planning chargé, je ne prends malheureusement pas le temps de visiter et reprend le canal du midi. Gros contraste par rapport à celui que nous avons longé l’avant-veille, celui-ci est goudronné, c’est la balade des familles, joggeurs et touristes à vélo. Ecluses se succèdent, je m’arrête à l’une d’elle pour me ravitailler un peu. Au menu restes de saucisson, cacahuètes et Tucs (N.B : je transporte 600g de pates, mais je n’ai pas le réchaud !!). Autant dire que je ne m’éternise pas.

Canal du midi-4

A peine reparti, je rattrape un cyclotouriste Australien, qui est en France pour une durée indéterminée avec son vélo. Il a déjà longé la Loire, l’Atlantique, maintenant le canal du midi. Il va poursuivre par le Rhône, puis sûrement aller en Suisse, il ne sait pas … un vieux de la vieille quoi. Nous nous quittons à l’entrée de Agde, son étape du jour.

A Agde je perds beaucoup de temps à chercher une supérette ouverte (je commence à être juste en boisson et en sucre !). Bien sur il est 14h30 tout est fermé (ils font la sieste …), sauf le grand supermarché en périphérie. Le problème étant de laisser le vélo le temps de faire les courses. Finalement j’y vais au culot et demande à la personne chargée de la sécurité de me le garder. Elle hésite mais accepte !

Requinqué après un demi-litre de jus de pomme, je traverse la longue bande de terre qui longe l’étang de Thau. Plages magnifiques se suivent, je ne résiste pas et vais piquer une tête, l’affaire de 10 minutes.

Etang de Thau-velo

Arrivé à Sète, je connais le chemin, nous l’avons déjà fait l’an dernier. Il s’agit juste de tenir, les jambes sont fatiguées et la vitesse baisse un peu plus à chaque heure qui passe.

Finalement j’arrive à destination à 20h passées. Mon père me fait remarquer que j’ai un pneu à plat, je ne l’avais même pas remarqué … mais c’est les retrouvailles avec mes petits loulous, et la fin du périple !

 

Nathalie – Etape de 13km : Bien plus court pour moi… lever à 8h30, petit déj et pliage de tente… tout rentre, je ne suis pas peu fière, je trainaille un peu, je prends le temps de lire et pars pour la gare… Environ 6 km m’attendent, je suis bien chargée, il fait déjà chaud et le vent est fort. Peu importe, je n’ai pas le choix, et je retrouve mes Ptits Bouts au bout du chemin ! (c’est quand même la première fois qu’on les laisse aussi longtemps ! 14 dodos !). Et puis, 6 km, c’est de la gnognotte ! J’arrive tout de même essoufflée à la gare de Carcassonne, fichu vent, je suis bien contente d’avoir jeté l’éponge !

Le temps de prendre des news de Christophe, de m’organiser pour prendre le train (il faut prendre le passage souterrain, mais il n’y a pas d’ascenseur… la galère, moi qui croyait qu’avec les normes pour les personnes handicapées, tous ces passages seraient faciles… je me trompe !). Avec mon attelle au poignet et mon air aimable, je trouve quelqu’un pour m’aider ! Ouf, reste à attendre le train, qui sera à l’heure. Je voyage dans un compartiment avec 5 autres cyclotouristes, mais étrangers, les échanges seront un peu réduits.

Arrivée à Montpellier, des gens se proposent pour m’aider à descendre du train tout le fatras, et je pars sur ma monture… je trouve facilement le chemin, qui me paraît bien simple et facile, comparé à l’an dernier, où j’avais bien souffert ! Il est presque 15h, je sais que Christophe a dépassé Béziers, il sera là ce soir… je sonne au portail… et vois mon petit Thomas arriver, ne sachant pas qui sonne. Ce sera câlins à gogo toute la soirée, de même avec Eléonore qui sera surprise de me voir à son réveil de la sieste ! Promis, on ne se quitte plus pendant 1 an !!! Merci Papi, Mamie, Grand-Mère et Grand-Père de nous avoir gardé nos rayons de soleil !!!

4 thoughts on “Traversée de la France A vélo – de Toulouse à Montpellier”

  1. bah voila avec vos retrouvailles vous m’avez fait avoir les larmes aux yeux !! merci pour vos beaux récits que je dévore, c’est un réel plaisir de vous lire. Félicitations à vous 2 et bon voyage avec les loulous, à bientot.
    aurélie

    1. Merci Aurélie ! C’est sur que l’on se régale d’avoir retrouvé nos bouts de chou. On ne les lâche plus pendant quelques temps maintenant. A bientôt. Christophe