Bilan de nos trois mois en Australie


Par Christophe



Après trois mois en Australie (certes entrecoupés d’un mois en Nouvelle Calédonie), nous nous sentions presque chez nous, et c’est bien sûr avec un sentiment d’inachevé que nous quittons ce pays-continent.
L’Australie nous aura avant tout frappés par son immensité et sa diversité. Climat, population, et même fuseaux horaires évoluent au gré du périple. Le touriste « urbain » restera près des côtes : un peu d’air frais, beaucoup de vent, des villes à l’Occidentale… et des paysages de carte postale tous les 10km. Mer déchaînée, mer turquoise, falaises déchirées, plages de sable fin. Le rêve du surfeur et le bonheur du photographe qui ne sait où donner de l’objectif.

 

Au delà, à l’intérieur des terres, c’est l’outback … où il n’y a rien, en dehors de la chaleur écrasante et des mouches. Cette engeance que je classerai fléau n°1 du voyageur : pas les mouches de chez nous, mais des petites vicieuses qui cherchent à tout pris à venir se poser sur l’œil ou dans les oreilles, bref ; un cauchemar ambulant qui transforme les pique niques et visites en supplice.

L’outback, c’est toute une ambiance à travers ce paysage monotone